Le trafic de la viande de brousse – le meilleur moyen pour atteindre l’extinction

La viande de brousse  ou « bushmeat » inclus une large variété d’espèces sauvages consommées comme nourriture.

Plus de 500 espèces sauvages sont commercialisées et consommées dans toute l’Océanie, l’Amérique du Sud, l’Asie du Sud et du Sud-Est et l’Afrique subsaharienne.

En Afrique centrale et occidentale, l’augmentation de la population et du commerce des zones rurales vers les zones urbaines, aggravée par l’absence d’un secteur national de la viande important, sont les principaux moteurs des niveaux de chasse. Le taux d’extraction annuel estimé dans le bassin du Congo est de 4,5 millions de tonnes par an. Morts ou vivants. Les marchés sont achalandés pour tout type de gout, pour tout type de choix!

VIANDE DE BROUSSE/ANIMAUX MORTS/UN DES NOMBREUX MARCHES DE KINSHASA

La viande de brousse offre une possibilité accrue de transmission de plusieurs virus zoonoses des hôtes animaux aux humains, tels que le virus Ebola.

VIANDE DE BROUSSE/ANIMAUX VIVANTS/UN DES MARCHES DE KINSHASA

En République Démocratique du Congo, les primates sont l’une des espèces les plus touchées par ce trafic. Parmi eux les grands singes comme le gorille, le chimpanzé, le bonobo et les petits singes comme les cercopithèques et les mangabeys (certains sont endémiques à la RD Congo).

La République Démocratique du Congo, et comme dans la plupart des pays Africains, l’agriculture pourvoit les ressources nécessaires en calories. Cependant, la viande d’animaux sauvages (bushmeat), représente 80% de l’apport en protéines pour la population locale et joue un rôle important en terme de diversité diététique. Malheureusement, l’augmentation de la consommation de la viande de brousse dans les villes et à l’étranger et les pratiques de chasse plus efficaces ont poussé la capture d’animaux sauvages (dont les primates !) à des niveaux insoutenables.

Cette consommation persistante mène au dépeuplement des forets Africaines et génère également une ascendance continue des orphelins liées au trafic de la viande de brousse.

Bébé tétant sa maman morte

Ces tout petits deviennent le sous-produit du trafic de viande de brousse : ils sont soit engraissés pour être mangés plus tard ou alors ils sont vendus afin d’alimenter le commerce parallèle qui est celui de la vente d’espèces vivantes alimentant le trafic d’animaux exotiques de compagnie.

La pandémie (Covid19) était supposée réduire la consommation des produits sauvages dû aux restrictions du confinement. Malheureusement, il existe des évidences que la crise sanitaire n’a eu aucun impact dissuasif sur les braconniers et que le trafic des espèces sauvages a continué (primates, pangolins, éléphants, rhinocéros, etc.).

La chasse a également une forte signification culturelle en Afrique centrale. Elle est diversement associée à des rituels et des cérémonies, comme les cérémonies de circoncision au Gabon. On pense que certaines espèces chassées pour la viande de brousse ont des propriétés magiques ou médicinales qui augmentent leur valeur. À l’inverse, les tabous sur certains types de viande de brousse sont répandus dans certaines parties de l’Afrique centrale.

C’est ainsi que pour faire diminuer la consommation de ces espèces et stopper le trafic illégal de ces animaux, il est nécessaire de sensibiliser les populations locales quant à la protection de toutes ces espèces sauvages. L’éducation et la sensibilisation permettent de toucher le plus grand nombre (cf l’article sur l’éducation et la conservation à lire sur : https://jackchimpscongo.org/2022/05/04/education-et-conservation/).

L’extinction d’ne espèce est irréversible! La protection de ces espèces menacées et de toutes les autres est une affaire de TOUS !

Journée Mondiale de l’Environnement

La Journée Mondiale de l’Environnement, le 5 juin, est la plus grande journée internationale consacrée à l’Environnement.

Cet événement est devenu la plus grande plateforme mondiale de sensibilisation à l’environnement, avec des millions de personnes du monde entier qui s’engagent à protéger la planète.

Cette année le thème est la « restauration des écosystèmes. »

Si les espèces végétales sont sérieusement menacées par l’extinction, les espèces animales le sont également.

Pour le cas de la République Démocratique du Congo, le grand bassin du Congo qui abrite les espèces endémiques comme les bonobos, le gorille de montagne ou certaines espèces de singes (par exemple le Mangabey à ventre doré) est sérieusement touché par la coupe excessive d’arbres.

Ceci facilite l’accès aux trafiquants, aux braconniers qui tuent en masse afin de fournir la demande du trafic d’animaux sauvages et le commerce illégal de la viande de brousse.

C’est ainsi qu’en ce jour chacun doit jouer son rôle qui est non seulement de protéger toute espèce qu’elle soit animale ou végétale, mais aussi s’engager à restaurer les écosystèmes endommagés.

A J.A.C.K. nous nous sommes engagés à protéger, à sauver et à réhabiliter les écosystèmes Africains en général et Congolais en particuliers en protégeant les espèces de primates en voie d’extinction.

A ce jour 81 individus (grands et petits singes) résident dans notre Centre de réhabilitation de Lubumbashi grâce aux efforts de nos Fondateurs, Franck et Roxane, ainsi que des différents partenaires locaux et internationaux.

Mais le combat contre ce trafic est loin d’être fini ! De ce fait, engagez-vous ensemble avec nous afin de restaurer efficacement les écosystèmes en RD Congo.

Faites un geste : https://jackchimpscongo.org/agir-ensemble/

Réception du don de Wild Spirit Fund pour la clinique de J.A.C.K

Wild Spirit Fund est une asbl Africaine (basée en Afrique du Sud) dirigée par Dr. Fabiola Quesada dont la mission est d’assurer la santé et la protection des espèces sauvages. 

Depuis quelques années, le Wildlife Spirit Fund a toujours cherché des moyens afin d’équiper notre clinique car elle est sous-équipée. C’est ainsi que du matériel offert par ses Donateurs lui est parvenu avec retard à cause de la crise sanitaire et que J.A.C.K. a enfin eu la possibilité de faire ramener les dons de l’Afrique du Sud vers la RDCongo.

Nous sommes donc heureux d’avoir réceptionné un microscope de laboratoire OPTIKA B290TB et un moniteur de tension artérielle et de température SUNTECH VET 30. Du matériel tant attendu qui rendra le travail de notre vétérinaire beaucoup plus facile.

Grand MERCI à Wild Spirit Fund et surtout au  Dr. Fabiola Quesada et ses précieux Donateurs pour cet acte généreux envers le sanctuaire J.A.C.K. !

Journée Internationale de la Biodiversité

La RDC est un des endroits à avoir une des plus grandes biodiversités.

L’étendue de la biodiversité de la RDC regorge d’animaux tels que  bonobos, okapis, chimpanzés, gorilles, etc.

Fort malheureusement, certaines espèces ont tendance à être négligées. C’est le cas de petits primates congolais dont le nombre a sensiblement  diminué au cours des dernières années  à cause du braconnage et du trafic international d’espèces protégées.

Nous pouvons citer le Mangabey à ventre doré (Cercocebus chrysogaster chrysogaster) , espèce endémique à la RDC, qui vit principalement dans les forêts du centre du pays et qui n’est répertoriée dans aucun des Parcs Nationaux de la RDC. Cette espèce est sur la liste rouge de l’IUCN car en danger d’extinction. D’où l’urgence et la nécessité de les protéger des braconniers et des trafiquants en tout genre.

Depuis 2021 et par le biais du plus grand sauvetage d’Afrique de primates organisé par J.A.C.K. et ses partenaires/sponsors, notre ONG n’est plus seulement un sanctuaire pour Chimpanzés mais est devenu un Centre de Réhabilitation pour tout primates confondus. Parmi les 42 petits primates sauvés et recueillis à J.A.C.K., il y a à ce jour 10 mangabeys à ventre doré. J.A.C.K. est le seul centre africain à réhabiliter cette espèce hautement menacée.

En cette journée Mondiale,  nous rappelons à chacun son rôle de protecteur de la biodiversité sans oublier les espèces qui en ont grandement besoin !

Associez-vous à nous afin de LES protéger et rejoignez-nous dans notre action de protection via le lien suivant : https://jackchimpscongo.org/agir-ensemble/

Une capsule retirée de la bouche de River

River, le petit mâle Mangabey agile transféré à J.A.C.K. fin avril dernier (voir l’article sur le lien suivant : https://jackchimpscongo.org/2022/05/06/confiscation-insolite-dans-un-ecolodge/), est arrivé avec une capsule en plastique dans sa bouche. Ces primates ont des abajoues comme les écureuils où ils stockent de la nourriture et, l’abajoue droite était anormalement gonflée en permanence.  

C’est en anesthésiant le jeune primate que le vétérinaire a constaté qu’il s’agissait d’un objet de plastique jaune ; sans doute, dans le lodge où vivait River avait-il confondu le capuchon avec une bout de banane et il n’a pas pu extraire de lui-même l’objet indésirable.

Heureusement que cela a été remarqué à temps ! Ce qui a permis à notre vétérinaire de retirer le plus vite que possible ce bouchon qui dérangeait River, lui faisait mal et l’empêchait de manger convenablement.

Désormais River se porte mieux. Il a été mis sous traitement car il avait développé une légère infection des muqueuses de la bouche ! Aujourd’hui, notre River peut manger convenablement ! Nous sommes contents pour lui !

Confiscation insolite dans un écolodge

Un chimpanzé d’au moins 2 ans et un singe (Mangabey Agile) ayant à peu près le même âge ont été confisqués à Kinshasa.

Tous deux étaient détenus dans des conditions atroces dans un Lodge à 4 heures de route de la capitale congolaise. Pour quoi faire ??? On se le demande !!!

Le chimpanzé était livré à lui-même et le Mangabey attaché par une corde à un tracteur, empêché de tout mouvement et à peine nourri.

Ils ont été vus par des amis de J.A.C.K. qui les a directement signalés à Conserv Congo le 20 avril dernier.

Les deux primates ont été confisqués le 25 avril et ont été transférés au Centre de Réhabilitation pour Primates  à Lubumbashi le 28 avril. Le transfert n’a pu se faire sans le précieux soutien de PRO WILDLIFE et d’un donateur qui désire rester anonyme.

En arrivant à J.A.CK., le petit chimpanzé mâle a été nommé « Hocine/Hussein » et le Mangabey « River » – l’équipe s’est empressée de lui couper la corde dès son arrivée! Le Vétérinaire a bien vérifié qu’il ‘y avait aucune plaie

Nous remercions vivement notre Partenaire, l’ICCN, pour sa coopération et sa célérité dans ce transfert qui ont permis de sauver ces deux vies. 

Merci à Conserv’ Congo d’être intervenu aussi vite.

Tout grand MERCI à PRO WILDLIFE et au Sponsor anonyme pour le rapatriement aérien de ces deux bébés vers Lubumbashi.

Nous profitons de cette occasion pour rappeler à tout le monde en RDC que la détention de grands singes et de singes est formellement interdite par la Loi. Faute de le faire, vous vous exposez à des amendes et/ou des peines d’emprisonnement.

N’en faites pas votre animal domestique ; vous le regretterez tôt ou tard car ces animaux grandissent très vite, deviennent dangereux et incontrôlables. Laissez-les libres dans les forêts qui les ont vus naître !

Protégeons ensemble notre patrimoine faunique congolais unique au monde pour les générations futures.


Éducation et Conservation

L’éducation étant l’une des meilleures plateformes permettant d’inculquer une culture, J.A.C.K. a tenu un stand de sensibilisation auprès des jeunes élèves ainsi que leurs parents sur la Conservation du patrimoine faunique de la République Démocratique du Congo au mois d’avril dernier dans le cadre de la journée sportive de l’Ecole Française de Lubumbashi.


Nous avons fait connaitre aux intéressés l’objet de l’existence de notre association et quel était notre vision en ce qui concerne la protection des espèces en danger de la RD Congo en général et des primates dont les singes et les chimpanzés en particulier.
Le trafic d’animaux vivants ainsi que le commerce illégal de viande de brousse deviennent chaque jour de plus en plus inquiétant ; les braconniers et trafiquants œuvrent souvent en toute impunité.
A J.A.C.K. nous pensons que la Conservation de la Nature est une affaire de tous. Chaque individu doit faire sa part. Car, si la jeune génération actuelle ne reçoit aucune information, il lui sera difficile de prendre position contre l’extinction du patrimoine animal.
D’où l’importance de l’éducation ! Pour conserver une espèce, il faut en faire connaître la valeur et enseigner comment, pourquoi et contre qui ils doivent les protéger.
Nous avons également présenté quelques-uns des animaux les plus braconnés dans le monde: l’éléphant, le léopard, le python, le singe bleu, le serval, la civette, la tortue de mer et le galago (primate nocturne).
Aussi, dans le cadre du cours d’Espagnol, les élèves de 3ème ont tenu à faire un panneau sur les espèces menacées de la RDC et ils étaient fiers de le présenter au stand de J.A.C.K.


Enfin, en dehors du stand de sensibilisation et en vue de sensibiliser les plus jeunes, nous avons également proposé aux parents un atelier coloriage pour les enfants. Ils pouvaient donc y colorier l’animal de leur choix tout en choisissant des dessins d’animaux menacés.

Banda opérée du pied

Banda anciennement Ramsès, arrivée au centre de réhabilitation le 1er Mars dernier, s’est faite opérée du pied.

Lors de son observation, le vétérinaire a décelé un gonflement au niveau de son pied droit. Après quelques radios, il a été trouvé dans son pied un morceau de métal qui s’est avéré  être un impact de balle qu’elle aurait reçu alors que les braconniers abattaient les siens.

Il a fallu quelques semaines avant de la faire passer par une chirurgie qui devrait extraire ce métal.

Selon le Dr Christian, vétérinaire de J.A.C.K., la balle se trouvait au niveau des articulations et cela était très douloureux pour elle.

En ce jeudi 21 avril 2022, l’opération a eu lieu et s’est passé avec succès.

La petite Banda se réveillera surement avec une meilleure sensation à son pied.

Voici quelques images de l’intervention chirurgicale

La balle visible avant l’intervention chirurgicale
Balle retirée de son pied droit
Le docteur Christian pendant l’opération

D’autres nouvelles de Banda vous seront données selon l’évolution de sa convalescence.

Le lien de l’article de sa venue au sanctuaire afin de connaître son histoire : https://jackchimpscongo.org/2022/03/17/banda-lhistoire-dune-miraculee/

Noucha & Bobo

NOUCHA et BOBO, deux singes arrivés de Kinshasa le 25 janvier 2022 dernier.

NOUCHA est un Ascagne à nez blanc (Cercopithecus ascanius). Il y a plusieurs années, il avait été secouru par un jeune homme qui avait des problèmes financiers et avait demandé si une clinique vétérinaire accepterait de le garder pendant 2 semaines. Le propriétaire de la clinique a dit « oui » et s’est occupé du singe. C’était en 2019. NOUCHA était déjà un singe adulte à cette époque et le propriétaire ne s’est jamais présenté. Le propriétaire de la clinique s’est occupé de lui jusqu’à ce que J.A.C.K. / Pro Wildlife le sauve. Nous estimons son âge à environ 12 ans.

Après avoir passé 90 jours en quarantaine, NOUCHA est prêt à rejoindre ceux de son espèce mais il devra attendre encore un peu car deux femelles de son futur groupe ont été mises sous implant contraceptif. Comme lui et les femelles sont des sous-espèces différentes et comme à J.A.C.K. on ne tient pas à avoir des hybrides, les femelles sont mises sous implants.

Quant à BOBO, il est un Hocheur à nez blanc (Cercopithecus nictitans). Nous l’avons également récupéré de la clinique vétérinaire où se trouvait NOUCHA.

BOBO devrait avoir 18 ans. Il a été amené à la clinique à cause d’une jambe arrière cassée. Le vétérinaire l’a soigné avec une broche métallique et du plâtre. Le propriétaire n’est jamais revenu chercher BOBO.

Selon le vétérinaire, BOBO était un singe très gentil. Mais est devenu agressif au fil des ans.

Aujourd’hui, on a mis BOBO dans une immense cage satellite et ce n’est effectivement pas un mec facile. Il est très impressionnant car il est grand pour un hocheur à nez blanc. Mais BOBO devra s’adapter et apprendre à cohabiter car nous avons l’intention de le mettre dans un groupe de son espèce.

Cependant, nous appréhendons les présentations avec les autres mâles hocheurs qui sont encore petits car BOBO est très solitaire et dominant. Il lui faudra du temps pour accepter les autres.

Aménagement d’une aire de quarantaine

A la fin de l’année 2021, Thoiry Conservation nous a généreusement fait un don qui a contribué à l’aménagement une aire de quarantaine pour nos petits primates

La récente arrivée massive de primates a contraint notre Centre de Réhabilitation J.A.C.K. de construire des loges d’isolement en vue de maintenir en quarantaine les nouveaux venus et donc de les isoler des pensionnaires du sanctuaire pendant une période de 90 jours.

Les travaux d’aménagement de la quarantaine ont été effectués de la manière suivante :

  • ­construction d’une ossature métallique
  • Dalle en béton
  • Grillage
  • Toiture
  • Tunnels reliant toutes les cages d’isolement entre elles ainsi que les structures externes (cages satellites) pour faciliter les transferts des primates

Merci à Thoiry Conservation, sa direction, son équipe et ses généreux donateurs pour cet apport considérable !